L’effet boule de neige (full album & textes)

Premier album d’Alfazaya, enfin les paroles! 🙂 A partir de « Genèse », c’est l’histoire de la vie telle que je voulais la décrire, sur cinq « âges » différents. Bonne écoute!

Répondeur: fuis moi je te suis, suis moi je te fuis et tel est pris qui croyait prendre!
Absolution: chanson sur la tolérance
Genèse: l’enfance, un paradis? Nan, je ne crois pas nan…
Ados attardés: l’adolescence, personne ne te comprend alors que tout le monde y est passé.
Adulescence: cette période où la société te dit « adulte » alors que toi tu sais bien que non…
Simplement là: la maternité (parce que c’est quand même une sacrée transition!)
La vie est un jeu: la « vieillesse », que tout le monde espère atteindre tout en la craignant!

Répondeur

Dites moi pourquoi, il joue ce jeu là, 
me courant après...loin devant moi.
On me répondra, les gars sont comme ça,
repart en arrière il reviendra
Il vient discuter sans même te parler,
Il vient t'observer sans même regarder!
Doit-on préciser, qu'il vient s'épancher...sur mon répondeur...

Vous avez trois nouveaux messages!
C'te blague...
J'voudrais bien comprendre toute cette histoire...

Comme tous les garçons, je le trouve mignon,
ça ne lui suffit pas il veut être le roi.
Quand je lève les yeux, sur ces faux-airs de dieu,
satisfait il part sans se retourner.
Suffisant égo un peu démago,
ou p'tit coeur en fleur tout rempli de peurs
Moi dans cette histoire, tout ce que je vois ce soir
C'est que j'ai passé ma soirée sur mon répondeur...

Vous n'avez pas de nouveaux messages...
C'te blague...
J'me suis laissée noyée dans cette histoire...

Heureusement pour moi, un autre p'tit gars sympa,
est passé par là, je crois qu'il me plaira
Quand le premier a vu ça, il est revenu vers moi,
désolée pour toi je joue pas à ce jeu là!
Mon nouveau héros, une fois bien en place,
il est si accro que moi je m'en lasse,
je suis désolée, je vais m'en aller,
et ce soir, je coupe mon répondeur!

Bip, bip, bip!!
C'te blague!!!
Maintenant j'arrête toutes les histoires...



Absolution

On passait dans les ombres, d'un passé silencieux, 
En volant vainement dans les voûtes vivantes
D'hérétiques vérités, vaincues par l'avènement
De séniles servitudes, certitudes assez viles

Cherchant l'absolution, à ce suivi sectaire,
On ne voit, ni ne veut de nouveau la voie ivre
De bétails bien bêlant, et bêtement broutant,
Des paroles pourrissantes qui pourtant les emportent.

Tant de bruit résonnance, tant de vide intérieur,
Tiraillés, entraînés, étouffés, enchaînés,
La personne hors la loi, la pensée obsolète
On se noit, trop de poids, dans la nuit ingénue.

Genèse

Souvent tous les grands me disent bien gentiment,
je te parle simplement j'espère que tu me comprends?
Ecoutes tu tes parents obéis tu sagement?
Dis moi ce qu'on ressent lorsqu'on est encore enfant?

Alors je réfléchis...
Alors je réfléchis et je leur dit...

C'est l'étymologie de qui je suis, et la genèse de ma jeunesse
Depuis que l'on est, on n'est ce que l'on nait,
mais enfin on le devient au fil de lendemains.

Quand on est petit, tout le monde nous envie,
Fais pas ci, fais pas ça,
C'est pour ton bien qu'on le dit,
Tu parles d'une vie, c'est pas bientôt fini?
Tout le monde en rit mais moi j'vous l'dit, ça m'ennuit.
Je ne vois pas ce qu'on envie dans cette vie.

Une bonne éducation se passe d'instructions
C'est l'expérimentation qui me sert d'initiation
Toutes mes grandes révélations se sont faites dans l'observation
Elle me sert de formation pour découvrir toute mes passions.

Je ne vois pas ce que l'on envie dans cette vie.

C'est l'étymologie de qui je suis, et la genèse de ma jeunesse
Depuis que l'on est, on n'est ce que l'on nait,
mais enfin on le devient au fil de lendemains.

Ados attardés

Quand je suis fatiguée, je regarde la télé,
une fausse réalité que l'on voudrait cliquer.
Ces clichés erronés, m'aident à réaliser,
Pourquoi vous croyez que les ados sont attardés

"Quand il m'a dit ça j'étais morte de rire"
"T'étais quoi?"
"MDR!"
"Ah okaaaay!! LOL"

Sachez que mes journées ont de quoi terrifier
Je ne peux avouer que j'aime mes poupées,
que j'aimerais y jouer, toute la matinée
Que dans mes soirées, j'ai besoin de libertés
Pour étoffer ce qu'est ma propre réalité
Et dévoiler enfin ma personnalité

Quand je pense à demain, ça me paraît lointain,
Des journées bien remplies, les nuits comme seul répit
Je voudrais m'affranchir, mais je ne suis pas timbrée,
J'ai encore besoin de mes parents pour bouffer.

"Si tu as besoin de parler ma chérie, je suis là"
"M'an, j'peux me débrouiller toute seule"
"Bon, si t'as plus besoin d'moi alors..."
"Mais si ma p'tite maman! T'as pas dix euros?"

J'me sens comme un mutant, je m'amuse de ma mue,
L'avenir va venir, vivre pour devenir,
M'éloigner du présent ce grand questionnement
Mon plus beau présent, est mon rêve d'avenir,
Un futur d'envergure, qui me rendra plus mûr,
Où je pourrais tout faire sans demander ma mère

Tout le monde qu'amour, ça rime avec toujours
Moi j'préfère essayer, j'aime la diversité,
Pourquoi s'précipiter, c'est tellement amusant,
D'laisser péricliter, ces sentiments naissants.

Adulescence

Peu importe, mon nom et ma fonction, ne dit-on pas que, les actions font l'humain.
J'ai toujours bien, suivi mon chemin, j'ai tout réussi, les études, les amis,
Continuité, des choix de mon passé, je déroule le fil du temps,
n'attendant guère de présents dans l'avenir mais espérant tant
Ce seul espoir étant de croire.

On me nomme, adulte mais c'est l'essence de mon enfance, qui guide mes espérances,
Adulescence, arborescence des sens qui me décrivent des racines à la cime,
Intensité, je retiens mes instincts et tentant l'instant si fort
J'ai du abandonner, frivolité volée à mon destin,
Je ne fais qu'écrire mon histoire.

Silence, absence, comment s'écouter,
Je ne fais qu'entendre les autres crier,
La seule présence, en moi désirée,
Se rappeler qu'elles étaient mes idées.
Sur ce sommet, j'dois avouer qu'j'me suis trompée,
J'veux pas rester là, perchée pour l'éternité.

Je vis, je vais et je viens, oh oui, je vis, de tout petits rien,
Je ne veux que des lendemains nimbés de ce qui me convient,
Juste être bien.

Si mutine, je butine les ardeurs d'amants d'agrément, goûter le changement
Je m'envole chercher un lieu aimé, pouvoir y rester, y voir le temps passer
Mais pour l'insant, je me laisse emportée, toujours plus haut dans le ciel
Toile aux milles reflets d'une même réalité qui s'était cachée,
Un regard sur un monde miroir.

Je ressens, la caresse du vent qui me murmure, doucement un futur,
Illuminé, de saveurs enivrantes loin des coutumes qui leurraient mes attentes
La liberté de pouvoir essayer, pouvoir se tromper, si beau
De s'envoler seule dans le noir sans savoir où conduit le soir,
Avec comme seul espoir de voir...

Simplement là

Fini les faux-fuyants, c'est mon plus grand tournant,
Responsable réflexion, c'est la plus belle des remise en question
Tant de générations, véritable communion
La concrétisation, la transmission d'innombrables leçons

Une réalité s'est ancrée, j'ai trouvé la place que j'avais tant cherché,
Tout au fond de mon être, un monde se construit, un nouveau maillon
Retenu à la mer par une chaîne ancestrale, une chaîne matrimoniale,
Témoin contemporain d'une mémoire,
Continuité d'usage, infinité des âges.

Tout mon être ne peut s'empêcher, de trembler angoissé lors de tes essais
Simplement là l'amour rugit
Simplement là la vie surgit
J'peux pas m'empêcher d'chavirer quand il sourit,
J'me suis vue m'regarder dans son p'tit air étonné,
Simplement là la magie agit,
Simplement là la vie sourit
Simplement là et j'ai tout compris.

La vie est un jeu

Ces mirages erronées résonnaient d'un passé
Trépassé, terrifiant, effacés par le temps
Terrassé par ce fait, que j'n'avais pas assez fait
Par des rêves oubliés jamais réalisés...

Mais enfin j'décidais d'enfin me réveiller,
M'laisser réaliser tout c'que j'avais d'jà fait,
Que l'on ne peut rêver que pour mieux avancer
Mais si l'on a tout fait de quoi peut-on rêver?

Et puis tout bien réfléchi, j'avais tellement d'envies,
Elles qui m'ont gardé en vie
Tout mes instants jusqu'à présent ont été bien remplis
Tant de leçons de vie, elle m'a surtout appris qu'rien n'est jamais fini
Aujourd'hui je peux vous dire, qu'il ne faut pas la maudire.

Car la vie est la vie, et la vie est seulement un jeu
Ou la vie laisse la vieillesse enfin affirmer le "je".

Apprécier qui l'on est c'est c'est vivre en sachant rire
Aux éclats quand on est triste à n'en plus sourire
Et pleurer doucement quand on est très contents,
Pour les autres, pour tout ceux, qui ne vivent pas heureux

J'ai su vivre le présent sans pensées à venir,
Préparer l'avenir sans gâché mes instants,
Les soucis sont passés et se sont envolés,
Je me laisse porter par le vent comme un enfant...

J'ai joué avec le temps, une cascade éclaircie,
La pluie me tombe des yeux
Mes souvenirs, mon avenir,
C'est l'histoire de ma vie, elle ne sera finie
Que le jour où j'aurais clôturé cette partie.

Car la vie est la vie, et la vie est seulement un jeu
Ou la vie laisse la vieillesse enfin affirmer le "je".

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s